Remise en état du chassis
LEXAFON 3R



Etude du schéma

Voici le schéma du récepteur.




Nous avons à faire à une banale détectrice à réaction. La détection se fait avec une lampe type A415. La grille est reliée au bobinage d'accord via 250pf et une résistance de 2Mohms relie la grille au +F.




Nous avons un commutateur de gamme qui shunte plus ou moins le bobinage d'accord qui se trouve en parallèle avec le CV d'accord comme d'habitude.

Un commutateur supplémentaire permet de choisir entre une antenne longue ou une antenne courte. On choisit ainsi le condensateur à mettre en série avec l'antenne (100pf ou 3nF).

La réaction se fait avec un bobinage séparé qui se trouve à l'intérieur du bobinage principal. Ce bobinage est orientable ce qui permet de régler la réaction en le mettant plus ou moins hors phase avec le bobinage d'accord.

La liaison entre la détectrice et la préamplificatrice BF se fait via un transformateur rapport 1:3 et c'est la même chose entre la préamplificatrice BF et la finale.

La finale est polarisée via une résistance de 110 ohms en série avec le filament.

La polarisation de la préamplificatrice BF se fait via une prise au niveau du +F de la finale. Cette prise est filtrée via un condensateur de 100nF.

Le volume est réglé en abrutissant plus ou moins le secondaire du premier transformateur BF avec un potentiomètre de 50K.




Le HP est en série entre la plaque de la finale et une petite self.




Pour l'alimentation, nous sommes en présence de 2 selfs en entrée (une dans le négatif, une dans le positif). A la sortie de la self coté positif nous avons 180V (+HT1) pour la lampe finale avec un filtrage de 4µF. Ensuite une portion de chutrice de 300 ohms abaisse la tension à 140V environ (+HT2) pour alimenter la plaque de la préamplificatrice BF. Ici nous avons un filtrage plus important de 8µF. Une autre portion de chutrice abaisse la tension à 99V (+HT3) pour la plaque de la détectrice. Nous avons ici un filtrage de 2µF.










Les tensions plaques paraissent importantes, mais tout est relatif car n'oublions pas que les filaments sont porté à un potentiel de pas loin de 50V par rapport au négatif secteur...

Une dernier portion de chutrice permet d'alimenter la chaine filament, avec les 3 filaments en série et des résistances d'équilibrage de 60 ohms sur les 2 lampes A415.

La chaine filament est suivie d'une résistance plaquette bobinée de 110 ohms qui permet d'obtenir -16.5V de polarisation pour la finale.

La fin de la chaine se termine par une self à fer pour arriver au négatif secteur.




Alimentation

Je commence par la partie alimentation. Déja remettre un fil correct entre la self à fer positive et la résistance chutrice.




Ensuite les blocs de condensateurs. Comme d'habitude... On les démonte, on les chauffe au décapeur thermique pour les vider et on reconditionne avec du neuf.













On remet en place et on ressoude. Rien de bien compliqué.







Il s'agit du condensateur de filtrage pour la partie tension de polarisation de la préamplificatrice BF. Rien de spécial si ce n'est qu'il est relié à la masse du chassis via sa propre carcasse. Un fil relie une des bornes du condensateur à son boitier de métal et ce boitier est maintenu via 2 vis sur le chassis.




Transformateur BF

Je dois remplacer le deuxième transformateur BF.




Transformateur de rapport 1:3. Tout à fait classique. Et tout à fait mort comme d'habitude...




En l'ouvrant. Surprise. Entièrement noyé dans du goudron. Inutile de dire qu'il va partir à la poubelle directement, je ne vais même pas me casser la tête à le rebobiner. J'imagine l'enfer pour récupèrer les toles. Encore qu'on puisse surement dissoudre le goudron, mais bon... J'ai la flemme...




Je vais mettre à l'intérieur un transfo Hammond qui traine dans mes tiroirs depuis 1 millénaire. J'effectue quelques tests en injectant un signal sinusoidale de 2V d'amplitude au primaire et je mesure la tension de sortie au secondaire à différentes fréquences.

Dans les 40hz




1Khz




8khz.




J'ai un rapport entre 2.5 et un peu plus de 3 c'est très bien.

Le transformateur utilisé est un 124A de chez Hammond.










N'importe quel petit transfo BF aurait pu convenir mais il se fait que celui la entre parfaitement dans le boitier.













Poubelle. Sans regret...




Bien. Maintenant, je croyais que j'étais tiré d'affaire avec les transformateurs BF mais après 1/4 h de test, je me suis retrouvé avec une ronflette immonde et en mesurant le secondaire du premier transfor BF, je me suis apercu que lui aussi avait fini par avoir un problème. Etant donné que les tensions sont moindres sur la plaque de la détectrice, je décide d'utiliser un transformateur de type LT-44.

Je ne l'avais jamais fait et c'est une grave erreur. Non seulement ils sont pratiques et peuvent se loger n'importe où mais le son est tout à fait correct, du moins pour équiper des postes de cette époque. Et autre avantage, il ne coute presque rien.

Rebelote donc avec le premier transformateur BF...




Ersatz de lampe BF

Après avoir fouillé longuement dans mon brol, force est de constater que je n'ai pas trouvé de lampe ad-hoc capable de fonctionner avec -16.5V de polarisation. J'ai bien essayé une B406 avec une résistance en // pour équilibrer le filament, le son est propre mais pas très puissant. Je décide d'utiliser une 2SH27, lampe bonne à tout faire que nous allons monter en triode.

Il faut mettre 33 ohms en série avec le filament pour obtenir les 2.2V requis pourla partie filament. Pour répartir, j'ai mis 15 ohms d'un coté du filament et 18 ohms de l'autre.

Ensuite, il faut rajouter une résistance en // pour absorber 150-57=93ma (l'intensité filament de la 2SH27 est de 57ma, il reste donc 93 à dissiper). Une résistance de 47 ohms fera l'affaire.




Les plots sont insérés dans le culot et le tout est mis à sa place sur un support. Je colle ensuite le tout à l'araldite.













On enlève le blindage à la pince.




On fait des boudinettes sur tous les plots nécessaires.




On soude les fils et les résistances, et on colle le tube à la colle thermo dans le culot.







Evidemment, vous noterez que ce genre de lampe est plus à l'aise avec -4.5V de polarisation que -16.5. D'ailleurs il n'y a rien à noter, avec -16V on entend strictement rien ou quelques parasites dans le fond.

Donc, je vais bidouiller la polarisation. En fait c'est simple. La polarisation de la finale se fait via une résistance de 110 ohms en série avec le filament. La grille est rendu plus négative simplement par le fait qu'elle est reliée à un point plus négatif que le filament, en fait, à l'opposé de cette résistance de 110 ohms. J'ai débranché le pied du transformateur et j'ai mis un fil provisoire dessus. Ensuite, j'ai cherché le point le meilleur sur la résistance de polarisation, qui me permettait d'obtenir un son correct (à l'oreille...). En fait, ce point se rapproche très près du -F, j'ai donc décidé de mettre un fil entre le -F et le pied du secondaire du transformateur BF. Etant donné que les cosses du transformateurs sont vissées, il est facile de revenir en arrière le jour ou je trouverai une B405.







Bricoles

Je passe sur le cordon secteur. Changer le fil, mettre une prise. Rien d'intéressant.

Ensuite le condensateur bizarre sous le CV. Celui marqué 1.000m. Il donne à la mesure 100pf. Comme c'est une valeur qui nous parait correct à Pierre et à moi, je le laisse tel quel.










Pour le potentiomètre, il est raide mort. Je le remplacerai par un équivalent moderne de 50K.







2 boutons de la facade étaient coincés, je n'avais pas pu les démonter autrement qu'en percant avec un foret autour de la vis. J'ai du ensuite refaire un pas de vis dans la bakelite et remettre une tige filetée. Attention en tareaudant, ne pas trop forcer pour ne pas casser la bakelite, il faut y aller doucement et monter les tailles de tareaux progressivement.




un coup de dremel pour faire la fente et zou...








Essais et finitions