Remise en route d'un Philips 2514




philips2514-small.jpg Marque     Philips
Modèle     2514
Année     1932
Pays     France
Type     Détectrice à réaction  
 Gammes d'ondes    PO/GO
  Alimentation     Secteur 220V  
Nbre tubes     4


Ce modèle de récepteur à déja fait l'objet d'un article fait pas Pierre.

Cliquer sur le lien pour voir son article très complet sur le sujet ici

Je me suis décidé à en écrire un article quand même, les pannes sont peut être différentes sur celui-ci.


Présentation

Le 2514 est un poste secteur. Le mien est en 220V. C'est une détectrice à réaction à 3 lampes + valve. Le chassis et le coffret sont en métal, les cotés du récepteur sont en bakélite.

20180128_144151.jpg


La facade est réduite à sa plus simple expression. 2 cadrans permettant de visualiser l'accord qui se fait avant et après le premier tube HF (E442). Les 2 CV se manipulent avec un bouton de chaque coté. Le selecteur de gamme d'onde se trouve au milieu du boitier.

3 gammes possibles

Comme il s'agit la d'un récepteur à réaction avec un étage HF, la commande de réaction se règle par un bouton situé sur le flanc droit. Sur le flanc gauche se trouve le réglage de volume (le réglage de volume agit sur le gain de l'étage HF).

Le flanc gauche. En haut, les 3 prises antennes. Le cordon secteur en bas à gauche avec un petit fil séparé pour la prise de terre. L'axe de 6mm correspond au réglage de volume, le petit à l'accord du circuit primaire. Il ne manque pas les boutons, je les avais enlevé quand j'ai fait la photo...

20180128_144253.jpg


Le flanc droit avec le petit bouton d'accord sur le circuit secondaire, le gros bouton est la commande de réaction. La prise sert à brancher le haut-parleur haute impédance. Le récepteur dispose d'un transformateur de sortie mais celui-ci est de rapport 1:1 et ne permet donc que de brancher un HP à haute impédance. L'intérêt du transformateur est d'empêcher de faire circuler le courant continu dans le HP (ou le casque).

20180128_144127.jpg


Les cadrans

20180128_144218.jpg


20180128_144230.jpg


Le selecteur de gamme d'onde. A refaire, on ne lit plus rien.

20180128_144237.jpg


Les prises antennes. Permet de brancher différents type d'antenne, mais c'est l'éternel choix entre gain et sélectivité... La prise de terre est à part et est constituée d'un simple fil qui sort à coté du cordon secteur.

20180128_144331.jpg


Arrière du récepteur. Rien de particulier.

20180128_144347.jpg


Le revêtement est fichu, bon à refaire...

20180128_144355.jpg


Modèle importé de Hollande, prévu pour secteur 220V.

20180429_190020.jpg


Le boitier se démonte facilement. La tole pliée en U se démonte après avoir enlever une dizaine de vis.

facade-demontage.jpg


Voici l'intérieur

20180429_192725.jpg


De gauche à droite sur la partie supérieure nous avons.

De gauche à droite sur la partie inférieure nous avons.

Sur la gauche, près du support de la lampe E415, on apercoit la résistance de détection de 1 Mohms.
Sur la droite, au dessus du bloc qui renferme les 2 transformateurs BF, le condensateur de filtrage HF à la sortie du bobinage de réaction.

20180429_192730.jpg


une vue du bobinage de réaction (au milieu de celui qui est en nid d'abeille). On a un problème il n'y a pas de butée, le bobinage de réaction tourne sans fin et cela détend les ressorts de part et d'autre. Le circuit n'est pas coupé, il n'y a pas de gros dégats, c'est déja ca.

20180429_192744.jpg


La self avec un point milieu. Elle se trouve placée dans le négatif de l'alimentation. Elle a une résistance de 1.1K environ. Indépendamment du filtrage, elle nous permet aussi de disposer d'une tension négative pour polariser la lampe finale et d'une tension négative variable pour polariser la lampe HF et ainsi obtenir un réglage de volume sonore.

20180429_193514.jpg


20180429_193533.jpg


Le sélecteur de gamme d'ondes. Celui-ci court-circuite certaines portions des bobinages d'accord.

20180429_193538.jpg


Le circuit primaire est bobiné en gros fil émaillé.

20180429_193545.jpg


La première lampe HF. Normalement une E442. Mais ici il s'agit d'une A255. Je ne connais pas ce modèle. Pierre en a déja vu une comme ca dans le passé mais ca serait plutot une lampe 2V, donc si c'est le cas, soit elle est morte, soit elle a rien à faire ici (ou les 2...). Elle ne dispose pas d'un plot pour la connexion de cathode sur le coté, un fil est soudé sur le plot du milieu pour assurer cette connexion. Il s'agit la d'un bricolage maison. Je ne connais pas ce tube ni son état...

20180501_161743.jpg


Le transformateur d'alimentation ainsi que le deuxième bloc de condensateur se trouve sous un capot en métal.

Le fil rouge qui dépasse est le reste d'un bricolage qui visait à remplacer la valve. Un ersatz à diode, mais vraiment artisanal.

20180501_162129.jpg


Un bon plat de nouille à la Philips. Ca ne va pas être commode à démonter, car bien entendu je vais le démonter. Les bobinages du transformateur ne semblent pas coupés. Comme dirait Pierre, ca ne veut pas dire qu'il ne vas pas cramer... C'est tellement vrai :)

20180501_162311.jpg


Voila l'ersatz de 506. Pas de résistance en série et un bon gros condensateur des familles. Ca devait aller au niveau HT !!!

20180501_174058.jpg


Arrivé ici. J'ai donc, 2 blocs de condensateurs à refaire, un ersatz de 506, un système à trouver pour bloquer la commande de réaction. On continue...

Mesure des bobinages primaires vu du CV primaire. C'est normal apparemment.

PO 1 : limite ondes courtes vu l'inductance

20180501_202117.jpg


PO 2

20180501_202126.jpg


et GO

20180501_202132.jpg


En regardant les boutons démontés, j'ai compris comment se fait la restriction de mouvement de la réaction. Le bouton possède 3 reliefs orientés à 120 degrés à l'intérieur Mais un de ces reliefs est plus profond. Ce qui veut dire que si un tige, un ergot ou quelque chose dans le genre peut se trouver à l'intérieur on pourra manipuler le bouton sur 240 degrés. Si cet ergot est épais, cela diminuera de quelques dizaines de degrés supplémentaire et nous arriverons à nos 180 degrés de déplacement.

20180501_202818.jpg


Et effectivement, on voit qu'un ergot était présent sur le flanc en bakelite mais celui ci n'est plus la apparemment. On voit un manque dans la bakelite.

20180501_202851.jpg


Pour la partie invisible, j'ai utilisé mon ohmètre et celui-ci m'a révèlé quelques problèmes.

D'abord le circuit de polarisation à un problème (nous étudierons le schéma plus loin). je mesure plus d'1K entre la self et la masse au lieu de 300 ohms. Pas bon. Je suis bon pour démonter le flanc gauche et pour cela il faut déposer le transformateur d'alimentation.

Ensuite tous les blocs de condensateurs sont fuyards. On s'en doutait un peu en même temps...

Les transformateurs BF ne sont pas coupés et indiquent des valeurs correctes.

La self n'est pas coupée, elle fait dans les 1100 ohms.



Etude du schéma

Voici le schéma de ce récepteur, somme toute assez simple même si on peut noter quelques particularités. Cliquez sur le schéma pour l'ouvrir dans une autre fenêtre du navigateur.

philips2514-schema-small.png

Il s'agit d'un poste secteur équipé d'un transformateur d'alimentation. Ce dernier possède un secondaire pour le filament de la valve, un autre pour l'ensemble des filaments des autres lampes (E442, E415 et B443) et un double secondaire classique pour la HT. A vide ce transformateur donne une tension de 4.5V environ sur les secondaires filaments et 2 x 210V sur les 2 demi-secondaires HT. Le redressement est confié à une valve bi-plaque type 506.

Première particularité, le filtrage est fait dans le négatif, et la self de filtrage se trouve dans le retour du negatif, ce qui veut dire que les condensateurs de 4µF et 6µF ont un point commun sur le positif (Si vous les remplacez par des non polarisés, aucune importance, mais si c'est des polarisés, attention à les brancher dans le bon sens...). Ce système permet aussi de récupérer différentes tensions négatives pour polariser la lampe finale et la lampe HF.

Deuxième particularité, le chassis métallique du poste n'est pas directement relié à la masse mais via un condensateur de 0.1µF que l'on voit à l'extrême gauche du schéma.

Il s'agit d'un récepteur à réaction, avec un étage d'amplification HF. La partie HF est accordée en entrée et en sortie (circuit grille et circuit plaque de la E442), ce qui explique la présence de 2 CV pour accorder le récepteur. 3 condensateurs permettent de relier l'antenne au récepteur (17pf, 64pf et 280pf)

Troisième particularité, le bobinage d'accord est coupé en 3 dans le circuit grille de la lampe HF (E442) alors qu'il ne l'est qu'en deux dans le circuit plaque de cette même lampe. D'après la documentation philips disponible ici cela a été concu pour une meilleur adaptation avec l'antenne notamment et pour baisser la self-induction en haut de gamme. La résistance de 500 ohms dans la grille de la E442 permet de filtrer les perturbations HF. La G2 est alimentée via le pont milieu d'un pont diviseur découplé avec 1µF. La plaque est directement alimentée par la source A+ via les bobinages accordés S8 et S9.

La polarisation est récoltée sur le curseur du potentiomètre de volume, lui même entouré de 2 résistances talons en quelque sorte (1.1K pour la self d'un coté et 60 ohms de résistance de l'autre coté).

L'étage suivant constitue la détection (détection grille). Celle-ci se fait via la résistance de 1Mohms et le condensateur de 170pF. Quatrième particularité, la résistance de 1 Mohms est raccordé à la masse, elle même raccordée à un point milieu fictif de l'alimentation filament. Ce point milieu est créé via 2 résistances de 120 ohms directement raccordées à l'alimentation filament.

Une résistance de 15K permet d'acheminer la HT (découplée par 2µF) sur la lampe détectrice via le primaire du transformateur BF puis le bobinage de réaction. Le réglage de réaction de fait en mettant plus ou moins en phase le bobinage de réaction avec le bobinage accordé S8-S9. La HF résiduelle est éliminée en grosse partie par un condensateur de 1.1nF.

La liaison BF est classique, via un transformateur BF de rapport 1:5 (enfin j'imagine, je n'ai pas fait une mesure avec de la BF pour vérifier).

La lampe finale est une B443, la G2 est directement sur la source A+, la plaque est alimentée via le primaire d'un transformateur BF. Cinquième particularité, ce transformateur est de rapport 1:1, ce qui veut dire que vous devrez de toutes facons brancher un HP à haute impédance sur le récepteur. Par contre il ne sera pas traversé par un courant continu ce qui augementera sa durée de vie...

La polarisation de la lampe finale est acheminée via une résistance de 100K qui se trouve sur un des flancs de la self, filtrage de 1µF à ce niveau.

Non présent sur le schéma d'origine mais présent sur mon récepteur un condensateur de 1µF entre le filament de la valve (coté filament opposé au A+) et la masse.

La prise PU est disposible à l'intérieur du poste via 2 borniers. Le fil peut passer à travers un oeillet sous le récepteur.

Cliquez sur l'icone ci-dessous pour avoir le manuel de service du récepteur.

20180429_192730.jpgManuel de service



Réfection des blocs de condensateurs