Remise en route d'un poste PHILIPS type 2531





Boitier



20. Nettoyage du boitier

Pour faciliter les opérations, le mieux est de désolidariser les 2 parties du boitier. Les charnières tiennent avec 4 boulons + rondelles éventail et la béquille par un écrou :


Les 2 parties du boitier

Lors du démontage de la plaque de fermeture inférieure, j'ai cassé une vis. Il faut donc la remplacer. J'en profite pour remplacer les 2, je dois donc déjà percer les vis-rivets d'origine :



Les trous dans lesquels viendront les nouveaux boulons

Pendant ces opérations, j'ai mis les boutons au nettoyage : j'utilise un produit décapant :


que je vaporise sur les boutons et je laisse agir 1 heure ...

Pour le boitier, j'ai fait pareil, mais moins longtemps (5 minutes suffisent).
Ce produit est vraiment très efficace, même les zones difficilement accessibles comme les fenêtres des cadrans seront nettoyées :



La crasse s'est accumulée dans les coins

Seulement, ce produit est tellement efficace qu'il décape la surface de la bakélite. Or, celle-ci a été très certainement altérée, chimiquement parlant, par le soleil, car voici le résultat :


Le couvercle tellement décapé qu'il est maintenant tout mat

C'est bien un problème de modification de la bakélite exposée au soleil, car l'intérieur du boitier, que j'ai pourtant décapé aussi, a gardé son brillant :


La matitude du couvercle comparée au brillant de l'intérieur du boitier

Pas de panique ! Il suffit d'avoir l'antidote ...

Il y a deux moyens de "réparer" : soit le vernis, soit la cire.
J'avais déjà rencontré et réparé le problème lors de la remise en route du Philips 834A qui avait été peint en bleu ...
J'avais simplement reverni la bakélite.

Là, je vais plutôt utiliser un produit dépoussiérant et cirant, bien qu'il soit prévu pour le bois :


On vaporise, on fait briller au chiffon doux :


Et voilà le travail !

Il suffira d'entretenir le boitier avec le même produit pour obtenir un beau brillant. en plus, ce produit sent bon la cire !



21. remontage : vérification de l'alimentation secteur

Avant de remettre le châssis dans le boitier, il faut vérifier 3 choses :

- le fonctionnement de l'interrupteur
- les bons contacts de sécurité
- le câble avec une prise

Donc, dépose de l'inter M/A :

Il suffit de dévisser les vis qui retiennent les 2 fils

Mesure de la résistance de contact, inter en position fermée (Marche) :

Plus de 2 ohms, ça ne va pas du tout !

J'ai gratté au cutter les portées des contacts :


j'ai également lubrifié le mécanisme et passé un coup de bombe contacts :

Contacts parfaits, maintenant !

L'inter est connecté de nouveau aux 2 fils :


J'ai trouvé une vieille prise qui ne dénote pas trop. J'ai décapé les 2 parties isolantes :


et nettoyé également les 2 fiches (eau acidulée + laine d'acier), voici la prise installée au bout du câble :


Pour tester les contacts de sécurité, il suffit de 2 pinces isolantes :


et de vérifier que le poste est bien alimenté par le secteur et fonctionne bien. C'est le cas, on peut passer à la suite ...



22. remontage des fixations du châssis dans le boitier

Voilà, les derniers tests ont montré que le poste fonctionne parfaitement, on peut remettre le châssis dans le boitier.
Mais avant, il faut changer les boulons qui retiendront la plaque de fermeture inférieure (j'avais cassé une vis au démontage) :


Les 2 nouveaux boulons en laiton




Châssis réinstallé dans le boitier

Le châssis est fixé par les pieds. Rappelez-vous, j'ai eu du mal à enlever ces fichus pieds qui sont en plusieurs parties; voici toutes ces pièces :

et encore, il manque les parties en caoutchouc !

Il faut déjà réaliser les centreurs en caoutchouc qui viennent dans l'épaisseur du boitier :

Centreurs à partir de pieds en caoutchouc découpés en hauteur



découpe du méplat



installation d'un centreur dans le trou du boitier




La partie laiton se visse à la main, en interposant la cuvette




Pour bien serrer la partie en laiton, il faut mettre provisoirement la vis de retenue des caoutchouc et serrer l'ensemble au tournevis




Pour desserrer la vis, il faut le faire avec un tournevis (B), tout en maintenant la partie laiton avec un second tournevis (A) pour empêcher qu'elle ne se dévisse aussi



23. Pose des tampons en caoutchouc sous les pieds

Les tampons d'origine avaient durci. J'ai d'ailleurs du en détruire carrément un pour réussir à dévisser la partie en laiton d'un des 4 pieds. Les 3 autres étaient en plus bien diminués en hauteur avec comme risque, de voir la cuvette métallique abimer le meuble sur lequel sera posé le poste.
Je ne peux pas faire autrement que de les changer. Seulement, ils ont des dimensions particulières et je dois donc les fabriquer !

Voici comment j'ai fait. Le principe est de faire un moule avec des éléments facilement disponibles sans être obligé d'avoir des machines-outils. J'ai donc utilisé des entretoises, des boulons, des plaques de bois, mais aussi les rondelles qui étaient à l'origine prises dans le caoutchouc.
Des petits dessins seront plus parlants :

Les différentes pièces du moule (sans le boulon d'assemblage)



Les différentes pièces une fois empilées



Coupe montrant l'intérieur du moule.

Voici les éléments réels :

1. Partie extérieure du moule en médium (perçages dia 22)
2. Entretoises pour la tête des vis (dia 10)
3. Rondelles d'origine qui seront incluses dans le caoutchouc
4. Entretoises pour l'épaulement de la partie laiton (dia 8)
5. Vis poélière d'assemblage M4x40
6. Ecrou M4




début de l'empilement des pièces pour réaliser la partie intérieure du moule



Parties intérieures du moule assemblées

J'utilise du caoutchouc silicone avec catalyseur, que je teinte avec des pigments noirs :

Coulée du caoutchouc

Après 24 heures de prise, le caoutchouc est suffisamment dur, on peut démouler :


Libération de l'écrou du caoutchouc



Le boulon et la première entretoise peuvent être enlevés





extraction du tampon du moule en bois



ébavurage aux ciseaux





vissage du tampon dans la coupelle métallique du pied



Le poste posé sur ses pieds, munis des tampons en caoutchouc



24. Repose des boutons

On peut maintenant réinstaller les boutons :

revissage de l'enjoliveur de l'inter M/A



repose des 2 boutons du côté gauche (accord primaire et gain HF). Attention à bien utiliser le bouton de gain et non le bouton de réaction, ils sont symétriques !



repose des 2 boutons du côté droit (réaction et accord secondaire). Même remarque concernant le bouton de réaction



repose du bouton de commande de gamme, du côté gauche (les vis sont en-dessous du châssis !)



25. Repose du couvercle

Il n'y a plus qu'à remettre le couvercle :

reboulonnage des 2 charnières (4 boulons + 4 rondelles éventail)



repose de l'écrou de la béquille



26. Repose de la plaque de fermeture inférieure

On est presque au bout de cette rénovation ... avant de remettre cette plaque, j'ai tout de même testé le transfo BF (qui me chagrine un peu avec ses 100kohm de résistance du secondaire).
J'ai donc préparé les connexions du transfo pour y connecter un générateur BF, un oscilloscope et éventuellement une charge de 100kohm sur le secondaire :

Le transfo prêt pour l'essai

E : primaire, relié au générateur BF (et à la voie Y1 de l'oscillo),
S : secondaire, relié à la voie Y2 de l'oscillo,
R : résistance de 100k que je peux relier en parallèle sur le secondaire pour le charger
Masse : les 2 bobinages sont reliés aux masse du générateur et de l'oscillo

Voici les oscillogrammes, secondaire à vide (donc sans la résistance R) :





Caractéristique de transfert du transfo à 10, 100, 1000 et 10000 Hz
On voit que le rapport du transfo est de 6:1 en milieu de bande audio.

Puis j'ai refait les mesures, mais avec la résistance de 100k connectée, pour charger le secondaire :





Caractéristique de transfert du transfo à 10, 100, 1000 et 10000 Hz
Le rapport du transfo chargé est maintenant de 2,5:1; ce qui est logique puisque la résistance du secondaire est un petit plus grande que la résistance de charge.

Ce qui prouve que ce transfo est en parfait état (sinon, j'aurais mesuré des choses bizarres). Son secondaire doit être bobiné en fil résistif, tout simplement.
J'ai refait une mesure sur réception, voici ce que ça donne :


Signaux sur le transfo BF, lors d'une réception
On retrouve un rapport de l'ordre de 5 (les signaux visualisés ont presque même amplitude, mais les calibres de l'oscillo sont dans un rapport 5)
Vous aviez déjà noté sur les images précédentes que les 2 signaux étaient en opposition de phase ...

Je peux donc refermer le dessous du châssis :



Pour passer le câble secteur dans le trou de la plaque, il faut démonter la prise !



Ensuite on emboite les languettes-ressorts contre le boitier



et on serre les 2 écrous



On revisse le cache du répartiteur (j'ai laissé en 240V)



Vue du dessous avec les 2 écrous et le cache du répartiteur (entourés)

Il n'y a plus qu'à remonter la prise secteur :



27. Conclusion

Enfin, il est temps de remettre le cache supérieur :


J'ai changé les vis par des neuves

et de faire des photos du poste terminé :


Le poste avec son câble et sa prise secteur



Vue avant rapprochée



Les commandes du côté gauche



Les commandes du côté droit




Les connexions arrière



Le couvercle soulevé



Le poste équipé de vraies lampes

Voilà, j'espère que cette restauration vous a plu et vous sera utile un jour !