Rénovation d'un poste AMO des années 30 pour la réception de la FM

Commande de syntonisation

6. Cadran provisoire

La syntonisation consiste à faire varier les condensateurs variables couplés commandés par un axe unique muni d'un démultiplicateur et d'un tambour sur lequel s'enroule une ficelle.
Cette ficelle s'enroule sur l'axe de commande et supporte l'aiguille qui se déplace devant un cadran. Bien sûr, comme le tambour, l'axe de commande et l'aiguille ne sont pas du tout dans le même plan, il faut des renvois d'angle assurés par des poulies montées sur des supports ...
Cela a toujours été la hantise des réparateurs de postes (en particulier les Philips ...)

Là, le problème est différent : ni plus ni moins compliqué, il faut refaire le chemin de la ficelle !
Mais la première chose à faire, c'est un cadran, provisoire, qui va servir de base de départ au reste.



Comme vous pouvez voir, ce cadran est simpliste : juste une échelle de 0 à 100 qui servira de repère plus tard pour réaliser les vraies graduations, et une échelle de 88 à 108 simulant la gamme FM.
Ces 2 échelles sont linéaires, mais en réalité ce n'est pas le cas, la fonction reliant la fréquence reçue à l'angle de rotation de l'axe des CV n'est pas affine. Plus tard, je referai ce cadran avec les bonnes échelles.

Maintenant, il faut installer ce cadran au bon endroit sur la face avant afin qu'il soit bien centré dans la fenêtre de l'ébénisterie. Voici un plan mécanique avec les cotes de positionnement :



La cote importante est le "32" correspondant à la distance des 2 trous du bas par rapport à l'axe de commande.
Une fois imprimé, le cadran est fixé provisoirement sur la face avant à l'aide de ruban adhésif, selon cette cote de 32 mm :



Il faut maintenant vérifier le bon centrage par rapport à la fenêtre :



Un peu trop haut ... je décolle le cadran et le replace 1 mm plus bas, et là, c'est ok.
En fait, le rectangle de contour ne doit pas être visible par la fenêtre, du moins lorsqu'on se place juste en face, en revanche, dès qu'on se place sur le côté, voilà ce que l'on voit :


Le rectangle de contour, repéré en rouge. Un des trous de fixation entouré en jaune

Il n'y a plus qu'à percer la face avant de 4 trous :


Pointage des axes des trous




Perçage des trous




Perçage des trous sur le cadran

Et voilà le cadran fixé :



Bien sûr, cela est provisoire. On verra par la suite que le cadran devra être avancé en utilisant une cale afin que l'aiguille soit la plus rapprochée (pour éviter la parallaxe)

Voici les plans en PDF du cadran :
Cadran
Face avant



7. Cheminement de la ficelle

Nous voilà au point crucial ... Pas simple ce problème de ficelle, du moins sur un poste existant : tout le monde à râlé après les ingénieurs Philips au moment de retrouver par où passait cette satanée ficelle !
Là, c'est différent : il s'agit de recréer le cheminement de la ficelle entre l'axe de commande, le tambour du CV et l'aiguille. Donc, avec un peu de jugeotte et des essais successifs, je devrais pouvoir y arriver. D'autant que j'ai pour m'aider une imprimante 3D qui va me permettre de fabriquer à la demande les pièces mécaniques.

Par exemple, on peut déjà faire des poulies :



Ensuite, il faut réfléchir un peu ... A l'origine, la longueur de déplacement de l'aiguille était de l'ordre de 20 cm. Cela ne peut pas convenir puisque la fenêtre du cadran ne fait que 12 cm. Autrement dit, il faut que le déplacement de l'aiguille soit 2 fois plus petit environ que ce qu'il était, et donc que la longueur de ficelle autour du tambour du CV.
J'aurais pu refaire un tambour de CV de diamètre 2 fois plus petit ... et puis je me suis rappelé quelques souvenirs de poulies, de treuils, de palans ...
Il suffirait de faire un système de palan de rapport 2. Par exemple, l'aiguille pourrait être solidaire de 2 poulies autour desquelles 2 brins de ficelle viendraient s'enrouler, leur extrémité étant fixe. Voici un plan de principe :



Quelques explications :

L'ensemble (T1-T2-a)est constitué d'une sorte de T dont les branches supportent une poulie. Le corps du T sert d'aiguille-index qui se déplace devant une échelle graduée. L'ensemble peut se déplacer à gauche et à droite. Sur les poulies T1 et T2 passent 2 brins de ficelle dont une des extrémités est attachée au bâti, ce sont les points fixes F1 et F2.
R sont des poulies de renvoi nécessaires puique on a plusieurs plans différents (j'en ai fait figurer seulement 2, mais il peut y en avoir plus, selon les changements de plans nécessaires)
AC est l'axe de commande (bouton utilisateur) sur lequel le brin gauche s'enroule (2 à 3 tours). Je n'ai pas fait figurer le volant d'inertie.
CV est le tambour du CV sur lequel l'autre extrémité des 2 brins est fixée (après avoir fait quelques tours)

Imaginons maintenant que l'ensemble (T1-T2-a) se déplace de 1 cm vers la droite :

- il va donc s'éloigner de 1 cm du point fixe F1 et de la poulie de renvoi gauche, R
- le point X de la ficelle va donc se rapprocher de 2 cm de l'axe AC
- le point Y de la ficelle va alors se rapprocher du tambour CV de 2 cm également
- ces 2 cm "manquants" sur le brin de ficelle droit vont être compensés par le déplacement de T2 de 1 cm vers F2

On voit donc que le déplacement de la ficelle au niveau de l'axe AC et du CV est double de celui de l'aiguille. On conservera donc la démultiplication d'origine entre AC et CV, ainsi que l'inertie du volant, tout en ayant un déplacement de l'aiguille moitié.


Passons maintenant à la réalisation suivant ce principe ...
Commençons par les points fixes; ils doivent être positionnés sur la face avant à une hauteur qui permet de mettre la partie mobile de l'aiguille au-dessus du cadran afin qu'on ne la voit pas dans la fenêtre :



La ficelle sera nouée à la cosse 2, un écrou 3 et un contre-écrou 1 permettent d'ajuster la distance de la cosse au plan de la face avant

Voici le mécanisme supportant l'aiguille, c'est une sorte de trolley à 2 poulies :


Remarquez l'encoche centrale, prévue pour maintenir l'aiguille

L'aiguille est alors emboitée :


Elle est formée d'un fil laiton de 6/10, plié pour faire ressort afin qu'elle se coince dans l'encoche

On peut maintenant réaliser le premier support de poulies de renvoi, celui entre l'aiguille et l'axe de commande :


Il m'a fallu 3 essais d'impression pour arriver aux bons angles (ce n'est pas facile de mesurer exactement en place)

J'ai alors monté provisoirement le début du cheminement de la ficelle afin de voir ce que cela donnait :


Provisoirement, la ficelle est remplacée par un fil électrique assez fin, d'une couleur contrastée afin de bien visualiser
1 : point fixe gauche
2 : point fixe droit
3 : blocage du brin droit (pour l'instant, je ne fais que le côté gauche, donc il faut bloquer le brin droit à l'aide d'une pince)


Vu du côté gauche du châssis :



4, 5 : poulies de renvoi
6 : axe de commande


Vu du dessus :


4, 5 : poulies de renvoi
6 : axe de commande
7 : ficelle bloquée par un poids en attendant qu'elle aille sur le tambour du CV


Pour aller sur le tambour du CV, une seule poulie suffit. Le support a été ajusté, encore une fois après 3 essais :



4, 5 : poulies de renvoi
6 : axe de commande
7 : poulie intermédiaire de renvoi entre l'axe de commande et le CV
8 : tambour du CV
9 : blocage provisoire de la ficelle en attendant de retourner vers l'aiguille (brin droit)


Bien entendu, vous remarquerez que la ficelle arrive sur le dessus du tambour. Cela a de l'importance pour le sens de variation de la fréquence sur le cadran. Comme la logique actuelle veut que sur une échelle de fréquence de la bande FM on parte de la gauche à 88MHz pour aller à droite à 108 MHz, j'ai du réfléchir au sens d'enroulement du brin gauche de la ficelle sur le tambour.




A suivre ...