Demontage du chassis
et remise en état



Présentation

Bien. On a du travail. Je vais tout démonter, le poste est vraiment dans un sale état, rien de bien grave, mais pour y voir clair je préfère tout démonter.




Je ne mets pas trop de détail du démontage, il suffit de tout dévisser et de tout déssouder. Les isolants de fils sont morts, je vais garder la majorité des fils de cuivre et les recouvrir de souplisso.

Voila la résistance chutrice. Les 2 premières parties sont fichues, le fil résistif part en morceau, je devrai remplacer les 2 premiers troncons par des résistances bobinées modernes, je n'ai pas le choix.




Les condensateurs sont tous à refaire.




Le transformateur de sortie n'est pas coupé. Ouf...




Valeur au primaire :




Et au secondaire :




On commence à y voir plus clair.




On démonte les boutons de la facade.




Le condensateur de réaction







Le commutateur de gammes.




Le bornier antenne.




La pièce maitresse, le bobinage. Un seul bobinage en tout avec des prises, l'ensemble sert à la fois pour la réaction et l'accord.




On y arrive...




La platine principale, avec les 2 supports de lampe. Les supports de lampes sont vissés sur une plaque de bakelite et celle-ci est fixé au transformateur de liaison avec des petites plaques métallique. Le transformateur est ensuite vissé sur la plaque du fond. Ca a le mérite d'être simple.




Une vue de la résistance qui est en parallèle avec le filament de la détectrice. cette résistance a pour but d'absorver le courant anodique de la lampe finale afin de ne pas trop surcharger le filament de la détectrice. Cette résistance fait 600 ohms. Je ne sais pas si c'est la valeur d'origine mais maintenant, elle fait 600 ohms !!!







Remise en état

Nettoyage de la plaque du fond et 2 couches de vernis.




La platine principale sera recablée. En fait, ca va vite il doit y avoir 3 ou 4 fils en tout !!!




L'éternel problème des condensateurs.




Il faut les vider bien entendu et remettre du neuf à l'intérieur.




Les boites vides habituelles.




Je garni les boites avec du carton fort.




Le petit condensateur fait 2mf. Les 2 gros font 4mf chacun.

En fait tout pourrait tenir de nos jours dans le petit.




je dois fabriquer une petite plaque pour fermer les condensateurs. A l'origine, sur ceux la, il n'y en avait même pas, les cosses étaient maintenues par le goudron uniquement.










Un petit coup de bombe noire.




Et il faut ressouder les boitiers de condensateurs entre eux. Je les maintient avec un serre joints pour faire les soudures tranquillement.










Un coup de bombe couleur métal pour l'extérieur.



Le vernier à un problème. La plaque de celluloid est partie à l'intérieur, j'espère qu'elle n'est pas cassée




Il faut démonter le vernier et je trouve la plaque intacte. Tant mieux.




Je vais en profiter pour démonter les 2 autres, les nettoyer avec du polish pour carrosserie et les remonter.




Les plaques de celluloid étaient vraiment sales.







Il faut ensuite remonter le tout, on met le cadran, l'axe de manoeuvre et surtout le ressort en forme de coeur.




La facade sera nettoyée avec de l'eau savonneuse et polie un peu avec du mirror.

Je commence à remonter les éléments.

D'abord le CV d'accord. RIen de particulier, juste un écrou.




Je refais les isolants du borniers antenne. Je dessoude les fils, j'écrase les isolants avec une pince et ils partent en poussière. Il suffit ensuite de remettre du souplisso.




Le bornier est remonté. Il est maintenu sur la plaque en bois du fond avec 2 vis.




Le condensateur du milieu est relié au condensateur de détection avec un petit fil de cuivre. Le fil qui part sur le coté ira sur le sommet du bobinage qui lui même est raccordé au CV.




Le commutateur de gamme sera nettoyé lui aussi avec de l'eau savonneuse et on remonte en serrant bien fort chacune des 6 cosses pour éviter les mauvais contacts. Dans cette partie, les mauvais contact ne pardonnent pas.







Les 2 prises 4mm femelles pour brancher le casque sont remontés sur la facade et raccordées au secondaire du transformateur de sortie.




Le reste des éléments est remonté sur la facade, le CV de réaction et le commutateur de gamme.

Nous allons maintenant refaire le chemin de masse. J'ai pris un seul fil pour tout le chemin. Il commence sur le commutateur de gamme. Ensuite, je passe par la masse du CV, les masses de tous les condensateurs. J'ai oublié sur la photo, mais il y a aussi la masse reliée au primaire du transformateur de liaison ainsi que l'extrémité filament coté détectrice.




Le bobinage accord et réaction. Le point de connexion le plus haut va sur le CV accord et sur le condensateur de détection




Les 2 lampes d'origine. Surement pas d'une grande fraicheur mais le filament est bon en tout cas.




La partie chutrice. Avec l'arrivée secteur, partie négative sur le chemin de masse. Partie positive sur le début de la grosse résistance chutrice. Cette grosse résistance comporte 3 prises, pour le +HT1, le +HT2 et l'alimentation des filaments.

les 2 première parties de cette résistance sont détruits, j'ai du mettre du neuf. 2 x 390 ohms pour la première partie et 3 x 220 ohms pour la seconde partie. Pour l'instant, ce sont des premières valeurs d'essais, j'affinerai surement plus tard, disons que pour la seconde partie, je suis quasiment sur d'avoir eu 650 ohms avant que le filament ne parte en copeaux, pour la première partie, c'est une déduction en fonction du nombre de tours, de l'écartement entre les 2 cosses et de la résistance au tour du fil résistif survivant...




Caché un peu derrière, le transformateur de sortie. La sortie va sur les 2 bornes en facade pour brancher un HP ou un casque (plutot un casque...). Le primaire est intercalé entre +HT1 et la plaque de la finale.




On voit la résistance bobinée de 600 ohms destinée à absorber le courant plaque de la finale. Rappelons que les lampes sont à chauffage direct, que les filaments sont en série et que le début de la chaine filament est à la masse du coté de la détectrice, donc, le courant plaque de la finale passe à travers la chaine filament et il est prudent d'en absorber une bonne partie avec une résistance afin de soulager le filament de la détectrice.




Le commutateur de gammes. Il commute bien sur les bobinages PO/GO d'accord, mais aussi ceux de réaction. Dans ce montage, tous les bobinages sont en série (accord + réaction), le commutateur déplace juste le point de masse et met une partie des bobinages en court-circuit pour l'accord en PO.




Le CV de réaction est du coté opposé (à gauche sur la photo), le point bas du CV va sur la plaque de la détectrice, le point haut va sur le commutateur de gamme pour la sélection du bobinage de réaction (C'est le fil qui passe au dessus du gros CV d'accord). Attention à l'effet d'optique, le fil qui part du haut du CV d'accord n'est pas plié à l'équerre pour arriver sur le commutateur de gamme, il va tout droit sur le haut du bobinage (caché derrière la lampe).




Une vue de la commutation accord et du bobinage. La partie haute en simple épaisseur constitue la partie bobinage PO. La partie basse en nid d'abeille sert pour les GO.




Vu vue de la détectrice avec la résistance de détection (2 Mohms environ) et le condensateur de détection (250pf).




Enfin pour finir, la partie filtrage alimentation. Les 2 gros condensateurs en bas sont en parallèle. Ils forment à eux deux un premier filtrage de 8µF pour +HT1. Le condensateur à plat au dessus est un second filtrage pour +HT2 (pour la détectrice).




Je ressoude un fil neuf pour le cable antenne relié sur le plot positif du secteur.




Remise en place du condensateur de 500pf entre +220V et prise banane antenne.




Voila, c'est terminé, le récepteur est remonté.

Une vue de la facade. Ce sont les mêmes réglages que l'EMKO 3

A gauche la commutation de gamme : K=PO et L=GO. Au milieu l'accord et à droite le réglage de réaction.

Le casque se branche en bas.



Pour finir, le schéma.



J'ai indiqué les caractéristiques de la MR805. Je n'ai pas celle de la MR-825.

Le schéma est très simple. Bobinage accord et réaction en série. On déplace la masse et on court-circuite une partie du bobinage GO lorsqu'on écoute les PO. Ensuite une détection grille classique avec le condensateur de 250pf et la résistance de détection qui revient sur le +F. L'accord se fait avec un CV de 570pf entre masse et la haut du bobinage.

La réaction se règle en réinjectant une partie du signal HF via le CV de 270pf directement connecté sur la plaque de la détectrice.

L'alimentation de la détectrice se fait via le primaire du transformateur de liaison et une self de choc est intercalé entre ce transformateur et la plaque de la détectrice pour filtrer une partie de la HF.

Le secondaire du transformateur de liaison à un pied à la masse et l'autre coté sur la grille de la finale. La grille est donc au potentiel de la masse mais la polarisation est tout même correcte compte tenu du fait que le filament est en série avec celui de la détectrice, donc la grille est bien à un potentiel de -6V par rapport au filament.

La plaque de la finale est alimentée en 150V via le primaire du transformateur de sortie. Ce transformateur à un rapport de 1:1, ce qui veut dire que votre HP ou votre casque devra être en haute-impédance.

Pour le reste le négatif du secteur est relié directement à la masse du chassis et le positif arrive sur la résistance chutrice. La première partie de cette résistance (850 ohms) permet d'obtenir les 150V plaque de la finale avec un premier filtrage musclé de 8µF. La seconde partie permet d'obtenir entre 100 et 110V sur la plaque de la détectrice, avec un second filtrage de 2µF. La dernière partie permet d'alimenter les filaments.




Essais et finitions