Remise en route d'un EMKO 3
ElektroMekano 3
Lyt-o-fon 3




Marque     ElektroMekano
  Lyt-o-fon
Modèle     3
Année     1929
Pays     Danemark
Type     Détectrice à réaction  
 Gammes d'ondes    PO/GO
  Alimentation     Secteur 220V Continu  
Nbre tubes     3


Voici un petit récepteur du Danemark, un EMKO 3.

EMKO est la contraction de la marque ElektroMekano. Cette marque a aussi distribué des récepteurs sous la marque Lyt-o-fon. D'ailleurs, le peu d'information que j'ai pu glaner sur internet concernant ce récepteur sont quelques photos du Lyt-o-fon 3.

C'est mon premier récepteur Danois. Au premier abord il n'a pas l'air exceptionnel, mais comme beaucoup de récepteur de cette époque et de ce pays, c'est un secteur 220V continu !!! Il fonctionne avec des lampes prévues pour une alimentation batterie mais via le secteur (je vous laisse imaginer la taille de la résistance chutrice...). Ce récepteur a une autre particularité, "il serait" (je mets entre guillements, car on trouve peu d'informations sur ce récepteur) équipé de lampes MR805. Ces lampes auraient été fabriquées spécialement pour ce type de récepteur et uniquement distribuées par la marque ElektroMekano, ce qui n'arrange pas mon cas.

Pour le reste, c'est un récepteur à réaction assez classique, équipé de 3 lampes : détection, preamplification BF et finale BF. La sortie peut se faire sur casque ou HP. C'est un récepteur à 2 gammes d'ondes (PO/GO), le chassis et la caisse sont en bois.


Présentation

A première vue, un poste tout à fait banal. Petit récepteur de table, un réglage de gamme d'onde à Gauche (K. et L.) pour PO/GO, réglage des stations au milieu avec un cadran démultiplié et le bouton de réglage de réaction à droite.




En haut à droite, un logo EMKO 3. Emko est la contraction de ElektroMekano, c'est une marque Danoise. 3 représente le modèle.




on peut trouver le même modèle de poste avec la marque lyt-o-fon




Sur le lien suivant, vous trouverez quelques photos du lyt-o-fon 3.



Il est notamment marqué sur ce site que le poste est équipé des tubes suivants : MR805 - MR805 - A415

Une vue du dessus...




Un couvercle sur le dessus, qui permet d'accèder aux lampes.




Voici ce qui est installé dedans. Comme on le verra plus loin, c'est un peu n'importe quoi, n'importe où.
A gauche, à la place réelle de la finale, une A409.
Au milieu une B406 pour la préamplificatrice BF, la ce n'est pas vraiment sa place, elle devrait être à gauche (à la place de la A409 normalement)
Et à droite, une 80B (lampe normalement prévue pour de la BF). Concernant l'ordre, on devrait plutot avoir B406 à gauche, 80B au milieu et A409 à droite.




Sauf que :

On voit que les lampes sont plutot panachées et en plus, ce ne sont apparemment pas les lampes d'origine qui équipent ce récepteur.

D'après les quelques informations glannées sur le net, le lyt-o-phon 3, serait équipé de 2 lampes MR805 et une lampe A415. Cependant, d'après le schéma relevé et d'après les caractéristiques des lampes MR805 données aimablement par un correspondant Danois, ce panachage de lampe parait peu probable compte tenu des valeurs de résistances en parallèle sur le filament de la détectrice.

Bref, pour résumer, je suis un peu paumé sur ce coup la... Je crois qu'on va expérimenter pour trouver quelque chose qui fonctionne. De toutes facons, on n'a aucune certitude sur la ligne de tube utilisée et aucun schéma officiel n'est disponible sur le net (du moins je ne l'ai pas trouvé).

Une vue du cadran démultiplié.




Secteur 220 continu, c'est marqué !!! 220V JAEVNSTROM...




Apparemment, selon un traducteur en ligne, cela veut dire :

"APPROUVE PAR L'ASSOCIATION DES COMPAGNIES D'ELECTRICITE DANOISE"




Pour le macaron suivant, je pense qu'il s'agit de brevets ou de patents...




Le bornier antenne. De A1 à A4 on a une batterie de condensateurs de plus en plus petit pour connecter l'antenne.




Le fil qui sort est relié via un condensateur interne sur le secteur, ce qui permet d'avoir une antenne à moindre coût. Il suffit de relier ce fil qui est muni d'une fiche banane sur un des plot A1 à A4. Si on ne s'en sert pas, on branche la fiche banane sur la première prise à gauche qui n'est relié à rien en interne... Autre explication que Pierre vient de me donner, ce bornier relié à rien à tout de même une petite capacité avec les bornes à proximité, ce qui permet de relier tout de même une antenne qui serait très longue (ou du moins avec un gain très important), cette faible capacité de liaison pourrait être suffisante pour recevoir les stations.




Extraction du chassis

Evidemment, pour aller un peu plus loin, il va falloir démonter le boitier. On ouvre le couvercle et on retire la partie supérieure qui est fixée par 4 vis.




L'intérieur est assez spartiate comme vous pouvez le voir...




L'ensemble de ce que vous voyez ici, est fixé sur un chassis en bois au fond de la caisse. La facade est solidaire de ce chassis via 2 petites équerres.

Il faut donc désolidariser le chassis de la caisse. Cela se fait en enlevant 2 vis sous le boitier.




On lève ensuite le chassis verticalement en tirant sur la plaque qui maintient les 3 tubes par exemple. L'ensemble vient tout seul. Attention, c'est lourd...




C'est lourd, parce que ce poste est équipé de 2 selfs sur des mandrins en bakelite, une grosse self à fer pour le filtrage, 2 transformateurs de liaison BF et un transformateur de sortie. Je passe sur les 2 énormes condensateurs de filtrage (énorme par leur taille, pas par leur capacité, ils ne font que 2mF), la facade en genre d'ébonite de 8mm d'épaisseur, un CV pour char d'assaut, bref, simple, mais lourd. A gauche, la résistance chutrice principale qui fait la distribution pour +HT1, +HT2 et filament.





Remise en état du chassis