Remise en état du chassis d'un ElektroMekano 3 (ou Lyt-o-fon 3)




Il est temps maintenant de s'attaquer à la remise en état du chassis. Certains fils sont coupés et en très mauvais état, il faudra les remplacer ou refaire l'isolation. Les 2 blocs de condensateurs sont à reconditionner. Certains fils sont cassés ou dessoudés, la plupart des isolants sont morts. Le sélecteur de gamme ne fonctionne pas.

Cerise sur le gateau, je n'ai pas de plan, donc il va falloir le relever on y verra plus clair.



Etude du schéma

Pour relever le schéma je m'aide d'un ohmètre d'un capacimètre et d'un inductancemètre. Le poste est plutôt simple, la seule partie un peu compliquée (enfin si on peut dire...) est la partie bobinage HF, car les résistances sont assez faibles, il y a plein de mauvais contact et tous les bobinages sont en série, ce n'est pas forcément facile de retrouver l'ordre de branchement avec un simple ohmètre. Je me sers plutot de l'inductancemètre pour relever ce genre d'information.

Pour l'instant, je pars du principe que les lampes sont des MR805 pour la partie BF et une A409 pour la partie détection (initialement c'était une A415 d'après une information trouvée sur le net sur le lyt-o-fon 3, mais une A415 avec 160 ohms en parallèle ferait supporter une intensité trop importante aux filaments des 2 autres lampes MR805 placée en série. Par contre une A409 + 160 ohms correspondrait parfaitement).

Donc nous allons dire que la détectrice sera une A409 et que la préamplificatrice BF ainsi que la finale seront des MR805. J'ai bien une A409 dans le poste, mais pas de MR805, il faudra donc équiper le poste d'ersatz et faire quelque chose d'approchant en terme de gain et d'intensité filament.



Nous allons partir du secteur, secteur 220V continu donc, comme indiqué sur l'arrière du boitier. N'importe comment, on voit bien qu'il s'agit d'une tension continue puisque le poste n'a pas d'élément permettant le redressement, ni de transformateur.

Le coté négatif du secteur est directement relié à la masse du poste (masse du CV, bobinage HF, masse filament, masse des 2 condensateurs de filtrage)

Pour le coté positif, on traverse d'abord une self genre self de choc.



Le secteur continu de l'époque n'étant pas vraiment propre, nous aurons d'abord un premier condensateur de 2µF suivi d'une self de 8H.

A ce niveau nous attaquons une grosse résistance bobinée avec des prises qui vont nous permettre d'obtenir les différentes tensions nécessaires pour le fonctionnement du récepteur. Sous cette résistance se trouve un petit condensateur de 500pf qui permet d'avoir à disposition une pseudo antenne reliée sur le secteur.



La première partie de la chutrice fait 450 ohms environ. Nous disposons ici de la première tension HT que nous appellerons +HT1. Cette tension va alimenter la plaque de la triode finale via le primaire du transformateur de sortie.

C'est un transformateur de rapport 1:1 qui permet de brancher un casque ou un HP haut impédance. Le primaire et le secondaire de ce transformateur font environ 1000 ohms.

Les filaments des 3 tubes sont en série. On voit que la détectrice est à l'extrémité de la chaine filament et est reliée à la masse. Cette lampe étant une 4V nous avons donc 4 volts entre la partie filament de la A415 (enfin A409 sans doute...) et de la première MR805. La MR805 a besoin de 6V nous aurons donc 4V + 6V =10V entre les 2 filaments des MR805 et pour finir 4V+6V+6V = 16V à la fin de la chaine filament.

Le filament de la finale est au potentiel 10V, la grille de la finale est reliée via le transformateur BF de liaison au filament de la détectrice, donc 4V. la grille est donc à un potentiel de -6V par rapport à son filament. Cela tombe bien pour une MR805 dont les caractéristiques sont les suivantes :

Vf: 6V, If: 0,085A, Va: 150V, -Vg: 6V, Ia: 10mA, S: 1,5mA/V, Ampl. factor: 6, Ri: 4500 Ohms

La liaison entre la préamplificatrice BF et la finale se fait via un transformateur de liaison de rapport 1:4. Sur le secondaire on trouve un condensateur de 1.3nF (enfin à la mesure, je pense que c'est plutot un 1nF)

Les primaires des 2 transformateurs de liaison sont connectés sur +HT2. Cette tension est disponible sur la seconde portion de la résistance chutrice. Un second filtrage de 2µF est présent sur ce point.







la grille de la préamplificatrice BF est au potentiel de la masse (donc 0V), son filament étant sur 4V, logiquement cette lampe est donc polarisée en -4V.

La liaison entre la détectrice et la grille de la préamplificatrice BF se fait là aussi avec un transformateur de liaison 1:4 mais on à une self de choc pour filtrer la HF avant d'attaquer ce transformateur de liaison.(personnellement, j'aurai rajouté un petit condensateur de 250pf à la masse, je pense que ca n'aurait pas fait de mal, mais bon... économie...)

La détectrice est polarisée en +2V, via la résistance de détection qui est branchée entre la grille et la résistance en // sur le filament.

Le condensateur de détection est un 350pF. De l'autre coté de ce condensateur, nous avons les éléments suivants reliés ensemble :

On peut considérer un seul bobinage découpé en 4 parties de S1 à S4, (ou 4 bobinages en série si vous préférez, peu importe). Le commutateur de gamme est double, il permet de commuter la masse afin d'avoir une partie plus ou moins importante de ce bobinage pour l'accord, et une autre portion est réservée pour la réaction.

En PO : l'accord se fait sur S1 et S2 sert pour la réaction. (S3 et S4 sont inutilisés, ils sont court-circuités)
En GO : l'accord se fait avec S1+S2+S3 reliés en série et S4 sert à la réaction.

L'accord se fait avec un CV de 570 pf environ. Le bornier antenne est relié directement sur le point bas du bobinage d'accord via des condensateurs (en série pour les bornes A3 et A4)

La réaction se fait en réinjectant plus ou moins de HF via le CV de 270pF.

Il ne nous reste que l'alimentation filament. Nous récoltons la tension nécessaire à l'alimentation des 3 filaments sur la dernière prise de la résistance bobinée. A ce niveau et le poste étant en charge, nous devons normalement trouver 4+6+6 soit 16V pour l'alimentation de nos filaments qui sont en série.




La détectrice a une 160 ohms en // sur le filament. Comme c'est une lampe 4V (enfin certainement), 160 ohms dans 4V débite 25mA, selon la loi d'ohm. Comme une MR805 a un filament de 85mA, la détectrice doit logiquement avoir un filament de 85-25 = 60mA,ce qui correspond à une A409 et pas une A415. Le lyt-o-fon 3 pris en photo sur le net avait 2 lampes MR805 et une A415. Mais... Rien ne dit qu'il s'agissait des bonnes lampes et même si c'était les bonnes lampes, rien ne dit que le schéma du lyt-o-fon 3 soit exactement le même que le EMKO 3. Le lyt-o-fon 3 ne peut pas avoir une résistance de 160 ohms en // sur le filament de la A415, car la A415 à un filament de 85mA, si on rajoute 25mA on arriverait a 110mA ce qui ne correspond pas à grand chose et en tout cas pas une MR805. Bref... Encore pas mal d'incertitudes de ce coté la...

Le filament de la préamplificatrice BF à une résistance de 1.2K en //, cela parait beaucoup mais permet tout de même de faire passer 3.7mA sous 6V, ce qui pourrait correspondre à l'intensité plaque de la finale (encore que vu sa polarisation, si elle est 150V plaque ca devrait faire plutot 10mA...) et permet de soulager le filament de la préamplificatrice BF.
Autre chose, nous avons remaqué avec Pierre que certains type de résistances variait pas mal en fonction de la température et bien souvent, ce n'est pas un bug mais c'est tout à fait calculé pour... Peut être qu'en chauffant légèrement, la 1.2K va baisser de valeur. Nous verrons bien.

Les transformateurs de liaisons et de sortie ne sont pas coupés.
Le bobinage accord/réaction est complet et intact.
La résistance chutrice n'est pas coupée, les 2 résistances bobinées, en // sur les filaments sont OK.
Les selfs de chocs et self à fer ne sont pas coupées (la self à fer est dessoudée cela dit).

Je trouve que globalement, on est pas trop mal sur cette affaire, je n'ai pas de transformateur BF ni de self à refaire c'est déja une très bonne chose...

Il reste à reconditionner les 2 condensateurs, nettoyer le commutateur de gamme qui ne fonctionne plus, vérifier l'état des CV, refaire une partie du cablage et un peu de nettoyage.




Démontage et remise en état

Comme d'habitude, on refaire les blocs de condensateurs. L'ennui c'est que pour les enlever, je dois dessouder pas mal de fils, démonter le transformateur de sortie ainsi que la self à fer, sinon je ne peux pas accéder aux vis qui fixent ces blocs de condensateurs sur le chassis. Tant que j'y suis, je démonterai la facade afin de tout nettoyer et refaire certains fils.

Je commence par enlever le reste de fil secteur et la première self de choc qui ne tient en l'air que grace aux fils. Elle devrait être normalement attachée à une équerre sur le coté.




Voici les 2 blocs de condensateurs. On voit que la self à fer ()au fond à droite) est collée contre le dernier bloc et que le transformateur de sortie enpêche le démontage du premier bloc.

le fil de la self à fer est cassé net au niveau du condensateur.




On dessoude les connexions sur la résistance chutrice et on la démonte.

Ensuite, on enlève le transformateur de sortie, pour cela on dessoude les 2 fils du secondaires qui vont sur la facade et le fil qui va sur la plaque de la finale.

Apparemment ce transformateur a été fabriqué en France ou dans un pays Francophone. C'est un transformateur de rapport 1:1. Il fait environ 1K au primaire et même chose au secondaire.







Sous la résistance chutrice se trouvait le condensateur permettant d'utiliser le secteur comme antenne. On l'enlève aussi. Il fait 500pF.




On commence à y voir plus clair.




On enlève la self à fer. Les fils sont déja dessoudés, un allait sur la chutrice, l'autre sur le condensateur mais il est cassé. La self est maintenue par 2 vis accessibles sous le chassis. Le papier extérieur de la self est décollé.




Un peu de colle à bois pour le remettre en place...




Je peux maintenant démonter les 2 condensateurs de filtrage.




La facade est maintenue par 4 vis sur le chassis. Il faut néanmoins dessouder un certains nombre de fils de masse, la liaison entre le CV de réaction et la plaque de la détectrice, et quelques fils vers le bobinage d'accord/réaction.

La résistance de 1.2K est fixé au chassis avec une grosse vis à bois.




Il ne reste plus grand chose sur le chassis. le bobinage accord réaction, les 2 transformateurs de liaison, les supports de tubes, 2 condensateurs, 2 résistances...




Le condensateur de filtrage HF reliés aux bornes du secondaire du dernier transformateur de liaison. Il est en bon état et ne fuit pas, je le laisse tel quel.




Le bornier antenne avec sa batterie de condensateurs. Les condensateurs sont OK, je n'y toucherai pas.




On dessoude tous les fils qui vont sur le commutateur de gamme d'onde. Il n'en reste plus beaucoup vu que la facade a déja été enlevée.







Ce genre de commutateur est plein de mauvais contact. Entre les lames qui n'ont pas assez de pression, les cosses qui ne font pas contact parce que les vis sont déserrées et l'oxydation... On est bon pour un petit nettoyage de printemps et un bon serrage de vis...







Pour nettoyer correctement la facade, j'enlève le cadran démultiplicateur.

Il est maintenu par un boulon sur la facade et ce boulon est caché derrière le bouton de manoeuvre. Il faudra aussi desserrer la vis qui maintient l'axe du CV.







La facade est presque vide, je vais pouvoir la nettoyer.










Les éternels blocs de condensateurs. A reconditionner bien sûr...




On ramollit le brai avec un décapeur thermique pour vider les blocs.

Les tôles seront ressoudées car le condensateur a gonflé comme d'habitude. Je confectionne un petit coffret en carton pour isoler les futurs condensateurs des parois.




Les barettes de connexions seront récupérées et soudées sur un morceau de veroboard. Je met des condensateurs non polarisés. 2µF pour le premier et je doublerai la valeur pour le second, donc 4µF.













10/1 et 29... 10 janvier 1929 ???




Maintenant que je suis à l'aise je fais quelques mesures.

le CV accord en position fermée.




Le CV de réaction en position fermée.




Les différentes portions du bobinage accord/réaction en partant du haut (côté CV accord).













Un coup de chiffon la dedans et on remonte dans l'ordre inverse.

Les condensateurs d'abord.




Le transformateur de sortie.




la résistance de 1.2K




la self à fer...




la facade, etc, etc, etc...




Le CV de réaction. D'un coté vers la plaque de la détectrice, de l'autre vers le commutateur de gamme (coté commutation de la réaction)




Le commutateur de gamme. La partie gauche concerne la réaction, la partie droite l'accord.




La self de choc qui est entre le +220V et la self à fer.




Maintenant elle est bien fixée sur son équerre. Reste à savoir si je pourrai fermer le coffret correctement (elle était peut être enlevée à cause de ca, d'ailleurs je n'ai jamais retrouvé l'écrou).




Le fil secteur est cablé d'un coté sur la masse (la liaison entre les 2 condensateurs sur le chassis) et la self de choc. Pour l'instant c'est un fil temporaire avec 2 fiches bananes pour que je puisse brancher le poste sur mon alim de labo.




Quelques photos du récepteur une fois que le cablage est terminé...















Ersatz MR805, essais et construction d'une alimentation