Règler les derniers problèmes



Nous avons donc 2 problèmes que j'ai référencé dans le précédent chapitre.
- Les craquements sur certaines position des 2 CV
- Le bouton d'accord fin du vernier d'accord qui mouline dans le vide




Les CV

Je doit d'abord enlever les verniers. C'est facile, le vernier est maintenu sur l'axe du CV par une vis accessible sur la tranche du gros bouton.

Une fois le vernier enlevé nous avons accès à la vis de fixation du CV. On voit d'ailleurs que la facade en ébonite a été gravée profondément. Heureusement, c'est derrière le vernier. Ouf...

photo


Voila le genre de CV qui est utilisé dans ce poste.
Le pas de vis sur le coté droit sert à connecter les lames fixe au reste du montage (il y a la même vis du coté opposé). Et sur l'arrière qu'on ne voit pas ici, existe 2 vis pour la connection de masses.

photo


Les lames mobiles font contact avec le corps du CV par trois endroits :

- La vis de serrage de l'axe
- Le palier qui se trouve sur la face avant du CV
- Et un petit fil souple qui relie les lames mobiles au corps du CV

photo


Ce petit fil souple est un mélange de fibre de coton pour la souplesse et de fil qui ressemble a du cuivre (encore que je ne sois pas arrivé à le souder...)

photo


J'ai tout démonté. Nettoyé les axes a la laine d'acier, et remonté le tout. J'ai remplacé le petit fil souple qui ne faisait plus contact du tout (complètement foutu et il partait en copeau) J'ai mis à la place une tresse de fil blindé de faible diamètre (j'ai enlevé le fil qui constituait l'âme et je n'ai gardé que le blindage). Ensuite j'ai mis une pointe de soudure de chaque coté pour être tranquille.

photo


En resserrant l'axe du CV, les lames mobiles se sont donc rapprochées de l'avant et sur certaines positions, elles touchaient les lames fixes.

Jai dévissé les vis de fixation des lames fixes et j'ai recentré le bloc de lame fixe. Ensuite, j'ai reserré ce bloc.

Avec un obmètre branché entre le contact fileté des lames fixes et une des lames fixes, j'ai mesuré la résistance et vérifié que le contact ne se perdait pas sur aucune position du CV.

J'ai ensuite mis l'ohmètre entre la vis des lames mobiles et celles des lames fixes afin de vérifier que la résistance soit bien infinie sur toutes les positions du CV mais aussi de m'assurer que les lames mobiles ne touchent rien.

Voila pour le premier CV. J'ai effectué la même chose sur le deuxième. Les CV ont été remis en place dans le poste et les connexions rétablies.

Les essais sont concluants, le poste ne craque plus et cela sur aucune position des CV.




Les verniers

Un vernier démonté, ca ressemble à ca vu de derrière

photo


La petite tige qui se déplace le long du demi-cercle quand on tourne le bouton est en fait bloquée dans un trou de la facade en ébonite. Ce qui fait que l'inverse se produit : la tige reste en place, c'est le gros bouton qui tourne à la place. Comme l'axe est solidaire du bouton, le CV tourne donc avec. Donc dans le principe, soit on tourne le gros bouton et on fait tourner directement le CV, soit on tourne le petit bouton qui par un mécanisme interne au vernier fait tourner le gros, mais lentement et du coup cela manoeuvre dans les même proportions le CV.

La marque de ce vernier est Standard Micros. Vous connaissez pas Standard Micros ? Moi non plus....

photo


Vu de l'avant, nous avons le gros bouton avec le mécanisme à droite, et le petit bouton d'accord fin qui est fixé sur l'axe présent au milieu du gros bouton.

photo


Voila l'engin démonté.
J'ai nettoyé les pièces avec un sopalin, remis une goute de graisse épaisse sur l'axe central qui commande le mécanisme et c'est tout.
Après remontage, le vernier refocntionne comme au premier jour. Du coup, j'ai nettoyé le deuxième vernier de la même façon.

photo


Ensuite, j'ai nettoyé les reliefs des boutons à l'eau savonneuse. Les sérigraphies, ont foutu le camp un peu plus, cela dit elles étaient déja bien abimées donc je n'ai pas hésité.

Les inscriptions en sont pas en surépaisseur sur les boutons mais dans des creux qui sont rempli d'une sorte de peinture blanche. Ici on voit que le 10 et le 0 sont complètement effacés.

photo


Pour remédier à ca, j'ai un stylo spécial prévu pour remplir ces creux. C'est une sorte de batonnet. On enlève la pellicule qui a séchée sur le dessus, on frotte et le crayon libère comme une sorte de peinture très concentrée qui fini par sécher. Je possède 3 crayons de ce genre : un blanc, un doré et un rouge pour faire la plupart des sérigraphies. J'ai trouvé ces crayons chez tubesandmore aux US mais ca doit se trouver ailleurs. (D'ailleurs, je suis bien tranquille, je suis sur que si on met de la peinture acrylique blanche et qu'on essuie le surplus ca fait la même chose, pour 10 fois moins cher...)

photo


La j'ai bien beurré les tartines !!!

photo


On essuie le surplus et hop, tout propre le bouton. J'ai fait pareil pour les boutons des rhéostats, la sérigraphie du combinateur PO/GO et les traits fixe de position des CV sur la facade en ébonite

photo


Inutile de dire que j'ai remonté les verniers, on s'en doute.....



Bien.

Le poste refonctionne comme un bébé, les verniers sont OK et les CV aussi. Rien ne s'oppose donc à finir le coté visuel de l'engin.



Restauration de la caisse...